Pont Raymond Barre à Lyon

Rhône, Rhône-Alpes

2014

Maître d’ouvrage : SYTRAL, Syndicat Mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise, Quadric (Assistance à la Maîtrise d’ouvrage)

  • Travaux : 21 M€
  • Concepteurs : Alain Spielmann et SETEC TPI
  • Maître d’œuvre : Setec TPI (Mandataire), Setec ALS, Alain Spielmann Architecte
  • Bureaux d’études : Setec TPI et Setec ALS (conception), CTICM (exécution)

Construction : Bouygues TP Région France (mandataire), Matière SAS (Charpente métallique), ZM Zwahlen & Mayr SA

Comme un grand nombre de ville, Lyon est à la reconquête des anciennes zones industrielles peu à peu délaissées qui offrent les nouveaux espaces de développement urbain. Dans ce cadre, le territoire situé à la confluence du Rhône et de la Saône fait l’objet depuis la fin des années 1990 d’un projet urbain de grande ampleur. Le prolongement de la ligne 1 du Tramway accompagne ce développement du centre-ville et permettra de relier la presqu’île de la Confluence, où se termine le chantier du nouveau Musée des Confluences, au quartier de Gerland sur l’autre rive par la création d’un nouveau pont enjambant le Rhône.

La structure en arc à tablier intermédiaire, choisie à l’issue d’un concours, pour ce franchissement offre une proportion en harmonie avec le gabarit du musée, se situant à mi-hauteur du bâtiment, et sur l’autre rive, au niveau haut des immeubles de bureaux. Elle fait également écho aux arches du Pont Pasteur et propose une version moderne de l’arc.

Afin de bien dégager le chenal de navigation la structure métallique est composée de deux arcs inclinés de 10° d’une portée de 150 m, créant ainsi la plus grande travée de Lyon. De sections variables, ces deux arcs s’affinent tout en s’élargissant vers la clé pour reprendre les efforts de flambement et procurer à l’œil un effet de légèreté.

Long de 260 mètres et dédié aux circulations douces, ce pont comporte, à côté de la plateforme du tramway, une piste cyclable à double sens, un large trottoir et une grande place nautique de 60 mètres de largeur équipée de mobilier urbain qui prolonge le parvis du musée et permet de profiter de ce lieu particulier de la confluence du Rhône et de la Saône en offrant de larges vues sur le paysage.

Visible depuis l’autoroute A7, la solution en Bow-string marque l’entrée sud de la ville.