Place de l’Hôtel de Ville de Sotteville lès Rouen

Sotteville lès Rouen, Seine Maritime, Normandie

2019

Réaménagement de la place de l’Hôtel de Ville de Sotteville-lès-Rouen 

  • Maîtres d’ouvrage : Métropole Rouen Normandie et Ville de Sotteville lès Rouen
  • Concepteurs : Alain Spielmann Architecte et JNC
  • Maître d’œuvre : JNC (Mandataire), Alain Spielmann Architecte
  • Travaux : août 2018 à juin 2019 / 3,5 M€
  • Bureaux d’études : V2R Ingénierie, Acte Lumière, BLD waterdesign
  • Construction : EIFFAGE Route Ouest, SEGEX Energies, VALLOIS, VINCI/SOGEA, ACTIVERT

Dans le tissu urbain de Sotteville lès Rouen, le projet de place apparaît comme une clairière dans la ville. D’une surface comparable à la place de la République à Paris, cette place trouve sa magie dans l’apport de lumière qu’elle initie au sein de la trame urbaine. Le projet ne cherche pas à combattre cette soudaine rupture avec les formes urbaines, tout au contraire, le projet assume ce vide urbain, le renforce, le diversifie et le décline. Le projet cherche à révéler le périmètre construit de la place comme marqueur de l’espace tandis qu’une simplification des nivellements optimise la lisibilité du lieu.

Un premier travail sur les sols rythme cette subtile horizontalité, apporte échelle et profondeur de champ. Une trame de bandes, de lignes et de points anime les sols. Le projet s’inscrit sur un sol presque banal, un enrobé de teinte noire qui permet de mettre au jour un premier dessin de bandes grenaillées, apportant des tonalités de gris clair. Un deuxième dessin de barrettes blanches et de points rouges apporte couleurs, rythmes et caractère. Mis en cohérence, ces dessins se lisent comme une trame, un jeu visuel, une partition. Les textures et tonalités contrastées marquent les usages.

Un deuxième travail sur les sols dessine des axes convergents traversant la place et la mettent en tension. Ils offrent un parvis à l’Hôtel de Ville et relient les pôles importants de la place, tracent le seuil des fonctions urbaines et apportent de la lisibilité aux principaux cheminements pédestres. Ils soulignent l’itinérance instinctive du quotidien et concentrent le lien social. Ici c’est du pavé de forme allongée qui texture les sols et, tout en contraste par rapport au premier travail sur les sols, les tonalités de blanc dominent avec des nuances pixélisées de gris et de noir. Un troisième travail sur les sols étire ces plages d’itinérances jusqu’aux pieds des façades situées en bordure de la place. Par ce dispositif le parvis de l’Hôtel de Ville, les rez-de-chaussée, vitrines et terrasses se retrouvent fédérés et annexés à l’espace de la place, et prennent activement part à l’animation et aux usages du quotidien.